Miah Gubtokova par Lunapower

Partout où elle allait Miah rayonnait d'une prestance et d'une assurance peu commune. La démarche élégante, le geste sûr elle savait se mettre en valeur. Son visage rond légèrement maquillé pour mettre en valeur ses grands yeux bleus, sa longue chevelure blonde toujours impeccablement ordonnée, ses formes généreuses qu'elle mettait en valeur par jolies robes et ses Louboutin dont elle ne séparait presque jamais. Mais son plus bel atout était sans doute sa voix, cela faisait plus de vingt ans que Miah écumait les salles d'Opéra du monde entier, du Metropolitan à Convent Garden elle y était acclamée à guichets fermés. S'habituant peu à peu à son statut de diva, elle avait tout ce qu'elle désirait personne n'osait rien lui refuser, tout lui était pardonné comme à une enfant gâtée. On aurait pu croire qu'elle était heureuse. Mais il lui manquait quelque chose, elle aimait parfois qu'on lui résiste, qu'on lui dise objectivement les choses, être parfois un peu cadrée… mais personne n'osait…
Depuis plusieurs mois et après avoir écouté certains de ses enregistrements, une idée lui taraudait l'esprit… Reprendre quelques cours de chants afin d'évoluer un peu de registre… Mais comment… Elle était connue dans le monde entier et le monde entier était peuplé d'hypocrites…
Elle avait une quinzaine de jours de repos et décida de mettre son plan en action, elle feuilleta les petites annonces et l'une d'elles attira son attention.

Cours de chants adultes, conservatoire de Paris. Méthodes et discipline traditionnelle.

Une adresse mail ainsi qu'un numéro de téléphone étaient indiqués. Elle décida d'envoyer un mail qu'elle signa simplement Miah. Le rendez-vous fût pris pour le surlendemain en fin de journée. Elle s'y rendit à la fois intriguée et troublée par le terme discipline. Elle sonna à la porte d'un élégant immeuble haussmannien du XVème non loin des Invalides, une employée de maison habillée comme les domestiques de la fin du XIXème siècle lui ouvrit la porte et la conduisit dans une grande pièce ou trônait un Steinway de concert. La jeune fille lui désigna une méridienne.
-        
  •   "Vous pouvez vous installer là Mme Gubtokova, Monsieur va arriver."
  • "Merci, Mademoiselle" dit-elle en souriant
Elle s'installa et observa la pièce, "Méthodes traditionnelles, nous y sommes dans le traditionnel ici" pensa-t-elle. "Et pour la discipline, il va peut-être me mettre une bonne fessée" rigola-t-elle. "Quoique ça me ferait peut-être du bien". Son regard s'arrêta sur la bibliothèque aux partitions sur le rebord de laquelle se trouvait un martinet, incrédule, elle se leva et saisit l'objet. Elle caressa les lanières et une étrange sensation l'envahit.
  • "Bonjour Madame Gubtokova ou plutôt devrais-je dire Mademoiselle Miah, je vois que vous avez déjà fait connaissance avec Wolfgang le martinet"
  • "Bonjour Monsieur." Dit-elle en rougissant et reposant le martinet
  •           "C'est un grand privilège de vous avoir ici, mais sachez que je ne ferais aucune différence avec mes autres élèves… Votre statut de superstar je n'en ai que faire… J'imagine que c'est aussi ce que vous le voulez?"
  •           "Tout à fait, c'est d'ailleurs pour cela que je n'ai mentionné mon prénom dans nos échanges."
  •         "Très bien, même si je crois que votre rencontre avec Wolfgang vous a mis la puce à l'oreille, je vais tout de même vous précisez ce que j'entends par discipline traditionnelle… Je n'hésite pas à corriger physiquement mes élèves quand je le juge nécessaire… Cette méthode a fait ses preuves… Je vous laisse le choix, vous l'acceptez ou vous partez"
Un frisson parcouru le dos de Miah et une petite boule commençait à se former dans son ventre, personne ne lui avait parlé de la sorte depuis ses vingt ans, elle se remémora également sa dernière fessée,  à l'âge de 18 ans,  qu'elle avait prise par son mentor avant de monter sur scène la première fois en Russie. Elle lui avait permis de vaincre son trac et  venait parfois peupler ses rêves…
  •           "Alors Mademoiselle Miah que décidez-vous?"
  •           "J'accepte" dit-elle d'une petite voix.
  •           "Vous acceptez quoi?"
  •           "J'accepte… d'être corrigée physiquement si vous le jugez nécessaire"
Elle regardait ses chaussures et tournait ses mains dans son dos, elle n'en revenait pas elle-même de la ce qu'elle venait de dire. A quarante ans, elle, star mondiale avait accepté de s'en remettre à la discipline d'antan et d'être punie comme une gamine.
  •         "Très bien, mettez-vous à l'aise et pour ne pas tricher et que j'étudie votre posture vous allez m'enlevez vos talons de 10 cm et me prendre une autre paire"
Il montra une armoire où se trouvaient des chaussures à brides type petite fille modèle comme portait Chloé, son employée. Elle ôta sa veste, elle portait une robe évasée écrue ornée de légers motifs floraux dans les tons bleus arrivant aux genoux. Elle marqua un temps d'arrêt avant d'ôter ses talons, peu de gens l'avaient vu sans, mais elle décida de jouer le jeu… Elle retira ses chaussures qui lui donnaient de l'assurance, l'affinaient et mettaient en valeur ses formes généreuses et mis la paire de babies… Elle se retrouva d'un coup dans le corps de la petite fille un peu boulote qu'elle était il y a quelques années… Elle s'approcha maladroitement du piano n'osant croiser le regard de son professeur…
  •           "Commençons par quelques vocalises et tenez-vous droite, vous êtes toute avachie!"
Il accompagna ses paroles d'une grande claque qui lui fit trembloter les fesses. Miah, saisie, laissa échapper un petit cri et baissa un peu plus les yeux mais commençait à curieusement ressentir une étrange sensation dans son bas-ventre… Le piano se mit à résonner dans la pièce…
  •           "La la la la la la"
  •          "Ça ne va pas, on reprend! Levez la tête, tenez-vous droite, votre colonne d'air! On dirait une débutante!"
  •           "La la la la la la" "La la la la la la"   
  •           "Non non et non!"
Il s'approcha d'elle, plaça sa main sur son ventre et lui mit une bonne série de claques,  tira ses épaules charnues en arrière et lui leva le menton.
  •           "On reprend!" dit-il la main toujours son ventre
Son trouble avait augmenté d'un cran, elle ne savait plus bien où elle était si tout cela était réel et elle reprit sans conviction…
  •           "La la la la la"
  •          "Mais vous vous fichez de moi! Je crois qu'une bonne fessée va vous faire passer l'envie de vous moquer de moi!"
Il l'attrapa par la main et l'entraîna vers le banc du piano. Miah le suivi en marchant comme sur un nuage, les jambes cotonneuses.  Il s'assit, instinctivement elle mit les mains sur la tête… Il lui sourit… Il passa ensuite ses mains sous sa robe, agrippa son collant, le descendit jusqu'à ses chevilles et fit de même avec sa petite culotte où il remarqua que le début de la correction ne l'avait laissée indifférente. Miah s'en rendit compte et rougit…
  •           "On dirait, vu l'état de votre culotte, que vous êtes plus venu chercher une bonne fessée que des cours de chants et bien croyez-moi vous allez être servie!"
Il la bascula en travers de ses genoux et releva sa robe.
  •           "En voilà, un beau derrière potelé! Nous allons lui donner un peu de couleur!"
Il caressa doucement sa peau laiteuse, alternant avec quelques claques légères afin d'observer les réactions de la cantatrice. Il augmenta progressivement le rythme, fessant méthodiquement du haut des cuisses au haut des fesses. Ses fesses commençaient à lui piquer terriblement mais paradoxalement cela lui provoquait une sorte d'apaisement, on s'occupait d'elle. Il marqua une pause, passant le revers de sa main sur le derrière bouillant de Miah et la fessée repris de plus belle, de plus en plus forte et soutenue, elle prenait une vraie correction. Elle poussait des petits gémissements et gesticulait dans tous les sens. Il lui enserra la taille et claqua à toute volée sa croupe rebondie. Elle sentit une vague de chaleur l'envahir et les larmes lui monter aux yeux, d'abord quelques sanglots puis elle se mit à pleurer comme une enfant sans retenue ni pudeur. Il lui administra encore quelques coups et cessa la punition. Elle resta ainsi un long moment à pleurer, le derrière en feu, il lui passa la main dans les cheveux et sur sa nuque transpirante pour l'apaiser. Quand elle eut quelque peu retrouvé ses esprits, il l'aida à se relever, les yeux encore embués elle lui dit simplement "merci". Il lui sourit, se leva et lui déposa un baiser sur le front et sorti de la pièce. Miah encore toute chamboulée, resta ainsi la culotte et les collants aux chevilles quelques instants frictionnant ses fesses puis elle décida qu'un peu d'air frais lui ferait du bien  et les enleva. Elle regarda ses talons mais étant encore un peu chancelante elle conserva les chaussures plates, elle se dirigea ensuite vers son sac pour prendre une lingette démaquillante et ôta les coulures dues aux larmes. Elle réajusta sa coiffure. Elle se rappela du grand miroir qu'elle avait vu dans l'entrée et s'y rendit afin de contempler ses fesses et fût impressionnée par la couleur! Elle croisa Chloé qui lui fit un clin d'œil, elle lui sourit à la fois amusée et gênée… Puis elle se retourna, se regarda. Pour la première fois depuis longtemps elle se sentait bien, elle se sentait elle-même et belle sans artifice… Elle rejoignit ensuite la salle de piano ou l'attendait Chloé et le professeur. Il lui tendit un verre d'eau.
  •           "Comment vous sentez-vous?"
  •           "Beaucoup mieux, merci"
  •       "Je vous confie quelques instants aux bons soins de Chloé qui va vous passer un peu de pommade et je reviens avec mon agenda pour votre prochaine leçon!"
  •           "Oui je n'ai pas testé Wolfgang" dit-elle en rigolant
  •           "Il a hâte de faire connaissance avec vos fesses pulpeuses!" dit-il quittant la pièce
  •           "Installez-vous là Mademoiselle, ne vous inquiétez pas j'ai l'habitude!!"" elle désigna la méridienne.
Miah hésita mais se dit qu'après tout elle avait déjà vu ses fesses, elle s'allongea, Chloé releva sa robe dévoilant ses rondeurs écarlates y déposa deux noisettes de crème et commença le massage.
  •           "Vous avez reçu une sacrée fessée, et ça ne vous pas laissé indifférente à ce que je vois!!!"
Les joues de Miah devinrent aussi rouges que ses fesses et virèrent au cramoisi lors qu'elle senti une lingette caresser son intimité puis une culotte remonter le long de ses jambes…
  •           "Et voilà Mademoiselle !"
  •        "Merci" dit-elle tout bas un peu retournée de s'être faite maternée par une demoiselle qui pourrait être sa fille.
  •           "J'espère que Chloé s'est bien occupée de vous, sinon vous me le dites!"
Chloé baissa les yeux ce qui fit sourire Miah, ils reprirent rendez-vous pour son prochain passage dans la capitale après une tournée en Asie où elle triompha mais avec ce petit truc en plus que elle seule savait.
     
 


Commentaires

  1. Merci pour ton texte Luna ;) (On signe les texte perso.... c'est une consigne !!)

    Du coup tu nous écrit bientôt la suite ;), j'attendrai avec impaciente

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ha je pensais que ça se mettait tout seul :) c'est corrigé
      Merci !!

      Supprimer
  2. J'ai bien envie de prendre des cours de chant moi ! C'est où qu'on s'inscrit ? :p

    Il est vraiment sympa ton texte, Luna ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Misscil :)
      Pour les cours je te donnerai l'adresse :P

      Supprimer
  3. Vraiment bien ce récit, si mes cours de musique se passaient comme ça je serais plus assidue 😉.
    Merci.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Simon par Lunapower

Derrière le masque... par Misscil

Carte blanche n°1 : Aurea