Etat d'urgence par Christal



Nous sommes en pleine nuit, je me réveille d'un coup, le cœur battant comme jamais, la tête au bord de l'évanouissement et le bas ventre débordant d'émotion. Allongée sur le dos, je ne saisis pas ce qui vient de provoquer mon état : mes lectures prolongées de littératures érotiques, mon abstinence forcée dû à ma maladie, les effets secondaires du traitement,... Je ne sais pas, mais si je ne fais rien je vais me consumer.

Ma tête tourne, je ferme les yeux, essaie de calmer ma respiration et de refaire descendre les battements de mon cœur qui se croit dans un manège à sensations fortes. L'une de mes mains descends au niveau de mon entrejambe mais je suis incapable de me toucher. Il se passe quelque chose de spécial que je ne déchiffre pas.

Lui dors paisiblement à mes côtés; je prends sa main et la dépose par dessus la mienne pour calmer - ou plutôt attiser - ce qui se joue en moi. Mon état très avancé d'excitation le réveille très rapidement. Il me caresse alors, comme un réflexe... son autre main fait rouler mes tétons entre ses doigts.

Je ne tiens pas en place, j'ai l'impression d'être possédée par un feu incandescent qui ne cesse d'être attisé au lieu de se consumer. Lui est maintenant réveillé et ne cherche même pas à comprendre ce qu'il se passe. Sa bouche s'approche de mon oreille et il choisit chacun de ses mots pour m'emmener encore plus loin dans ce monde qui me parait totalement onirique. Il ne comprend peut-être pas non plus cette envie soudaine, mais s'y plonge instantanément.

Sa voix, sa bouche, son sexe, ses doigts, mon corps brulant sont projetés bien loin de notre lit conjugal. Ces mots écrivent une histoire qui me transporte et mon cerveau a cessé de chercher à comprendre pourquoi maintenant ?

L'acte est empreint d'animalité mais les gestes de mon homme sont attentionnés. Les douleurs qui submergent mon corps depuis plusieurs jours se sont tuent. L'orgasme arrive à une vitesse incontrôlable et incontrôlée. J'ai besoin que cela dure encore et encore, j'ai besoin de me sentir en vie.

Lui, telle une douce connivence, n'arrête pas, me laissant juste quelques secondes pour reprendre mon souffle. Ses caresses se poursuivent, ses mots qui mélangent, je ne sais comment, brutalité et douceur continue de pulser ce moment. Nous sommes à ce moment précis complètement raccord dans nos envies, il a rattrapé mon envolée sauvage et nous nous sommes accordés, symbiose parfaite.

Conscient de mon état de santé, il prend toutefois le temps de me demander comment je vais, avant d'accélérer le rythme, les ordres, les mots, crus, forts, excitants...

...puis l'explosion qui me (nous) libère de tout. 

Il est un peu plus de 2h30 du matin, et je me rendors comme s'y de rien était au creux de ses bras.


Commentaires

  1. Ha oui, insomnie bien torride. Bravo. Merci.

    RépondreSupprimer
  2. Oh il est torride ce texte, et la photo est canon !

    RépondreSupprimer
  3. Merci les filles. Les plus belles insomnies sont celles que l'on fait à deux.

    RépondreSupprimer
  4. Merci Luna. Pour une fois, j'avoue la photo est pas mal :D

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Derrière le masque... par Misscil

Carte blanche n°1 : Aurea

Simon par Lunapower