Constante, Estelle et le compte Spankula d'âge Par Magnolia et LittleMinx (Partie-1)




Magnolia et LittleMinx ont décidé de faire leur récit toutes les deux, voici les personnages qui leur avait été attribué:
http://textup.fr/256415jg



Constance, Estelle et le compte Spakula d'âge.

Il faisait beau en ce mercredi après-midi du mois de mai, le soleil éclairait la place du village qu’on pouvait apercevoir au loin, on y voyait des enfants crier, et courir dans tous les sens sous ce magnifique ciel bleu. L’école face à la gare avait déjà fermé ses portes, il était 12H30. Constance était assise tout au fond du hall, elle tripotait sa bague en attendant son train.

Taaa ta ta la…

Le TGV numéro 8625 en provenance de Machincity et à destination de Paris-Montparnasse. Départ initialement prévu à 12h37 va entrer en gare, voie 1. 

Pour votre sécurité, nous vous rappelons que dorénavant l’étiquetage des …
C’était son train, elle se leva, prit son sac et alla en direction de son wagon.


" Constance !? Qu’est-ce que tu fais là ?!
- Estelle ? Bah.. J’attends, je prends le train… Plutôt toi qu’est-ce que tu fais dans ma ville ?
- Ah ah ! Ta ville, Sartrouville, une ville ? Heureusement qu’il y a « trou » dedans pour pas tromper le monde.
-Tu vas où comme ça ?
-Bah.. euh… Au conservatoire ! dit-elle en rougissant…
-Oh toi ! Tu me caches quelquechose ! Depuis le temps qu’on est amies. "

Elles étaient dans le train et s’étaient arrangées pour être côte à côte.

Constance essayait tant bien que mal de changer de sujet… Elle n’aimait pas trop dévoiler tout ce qu’elle faisait, et elle ne savait pas comment son amie réagirait si elle apprenait que les mercredis apès-midi, au lieu de se rendre à son cours de piano elle allait plutôt au Chicos-hotel au centre de la capitale…
Elle finit par lui dire qu’elle n’aimait pas trop y aller et qu’elle aurait préféré faire autre chose, vu la météo. 

" Eh bien, fais donc une exception, toi qui est toujours rigoureuse ! Et vient donc avec moi à… "

La sonnerie du téléphone de Constance coupa sa phrase, c’était sa maman.
Oui, elle était bien dans le train. Oui, elle avait eu le temps de déjeuner, non elle n’avait rien oublié, oui elle promettait de lui envoyer un sms en arrivant.

" Dis donc, t’as 22ans ! Il serait peut-être temps de couper le cordon avec ta maman, non ?!
- Oui je sais…. Et donc ? Tu voulais que je t’accompagne où ?!
- T’as entendu parler de l’affaire des filles retrouvées aux fesses rouges ?
- Hein ? (Elles étaient rouges comme une tomate !) Non ? C’est quoi ?
- Bah justement on ne sait pas grand-chose, j’ai envie d’en savoir plus. Elle m’intrigue cette histoire. Je me rends au château des Quatrepattes. Tu viens ? "

Constance n’avait pourtant jamais entendu parler de cette histoire, mais c’était le genre d’histoire qui la mettait fortement mal à l’aise. 

Elle écouta avec attention l’histoire que lui compta son amie, qu’elle avait elle-même entendu de plusieurs connaissances vivant dans un village non loin du château. D’après les dires, le propriétaire était tenu pour responsable de plusieurs disparitions de jeunes filles. Elles avaient toutes été retrouvées saines et sauves, mais entièrement nues, leurs fesses colorées d’un rouge vif, dégageant une chaleur inhabituelle, ne se souvenant plus de rien. Et étrangement, pour Constance, ces évènements n’avaient rien d’inhabituel, certes elle ne connaissait pas ce château, ni même son propriétaire, mais les faits qui lui étaient rapportés lui parlaient d’une manière très particulière. D’ailleurs, son amie Estelle pouvait ressentir la gêne qui l’habitait, les joues de Constance étaient devenues rouges, un peu comme les fesses de ces demoiselles dont elle découvrait l’histoire.

Elle ne cessait de tripoter cette bague qu’elle portait sur son index, tout en ayant les yeux fixés sur celle-ci, elle prit la parole d’une voix fluette : 

" Je ne sais pas trop, je ne le sens pas trop ton truc, et puis ça m’a l’air un peu tordu comme histoire, j’ai l’impression que tu te mets toujours dans des histoires un peu loufoques. "

Après quelques minutes d’une belle argumentation, Estelle réussit à convaincre son amie de l’accompagner. Toutes deux descendirent quelques arrêts avant la capitale, prirent le bus en direction du château. 

Estelle paraissait impatiente de découvrir ce château. Quant à Constance, elle semblait être sur ses gardes. Elle venait d’envoyer un message à l’homme qu’elle devait rejoindre, pour lui dire que son train avait été annulé et qu’elle ne pourrait pas se rendre à son rendez-vous. Elle attendait avec une certaine appréhension sa réponse, elle savait qu’il avait pris son après-midi pour elle, qu’il ne serait très déçu de la situation. Ce qui l’importait c’est qu’il ne découvre pas son mensonge. 

Estelle la coupa dans ses rêveries :

"A quoi penses-tu ? 
- Rien, laisse tomber, j’étais ailleurs.
- Ba oui, c’est bien ce que je te dis, tu me parais toute bizarre depuis tout à l’heure. 
- En même temps, tu as toujours des idées étranges, je me demande bien pourquoi je te suis toujours dans tes histoires. Que comptes-tu faire une fois que nous serons arrivées ?
- Je ne sais pas encore, on verra sur le moment, on fera déjà le tour de la propriété. "

En plein cœur d’une foret, au pied d’un petite dune, le bus les déposa. Elles avancèrent, toutes deux silencieuses en direction du château, quand la sonnerie du téléphone de Constance les fit sursauter. C’était lui, le fameux homme qu’elle devait rejoindre au Chicos-hotel, celui qu’elle avait prévenu à la dernière minute de son changement de programme, et le tout pour se retrouver dans une histoire qui l’inquiétait au plus haut point. Sa voix aussi n’avait pas tendance à la rassurer, il savait, il avait décidé de la rejoindre à la sortie de son train, n’ayant pas entendu la suppression de ce dernier, il voulait en avoir le cœur net. L’appel fut court, juste de quoi lui annoncer qu’il s’était rendu-compte de la supercherie, qu’il était remonté contre elle, qu’il avait découvert son mensonge. Il ne la laissa pas parler, clôtura cet appel par un : « Je te téléphone en rentrant, on a à discuter, tu peux déjà préparer tes fesses pour la semaine prochaine, je ne compte pas te louper cette fois-ci ma petite menteuse… », puis raccrocha avant même qu’elle ait pu prendre la parole. 

Ça y est, elles y sont ! Ce château est impressionnant, elles avaient l’impression d’être remonté des années en arrière en observant l’édifice qui se dressait devant elles. 

Estelle l’intrépide sonne la grande cloche sans prévenir son amie. 

" ‘tin qu’est-ce que tu fous ?!!
- Ça va j’ai juste sonné, faut bien qu’on entre… On lui parle, on peut se faire passer pour des journalistes qui écrivent un article et voilà
- T’es vraiment une ouf, toi ! Dit-elle mi- stressée, mi- agacée.
- Pffff on dirait qu’il n’y a personne, regarde tout est fermé…"

Estelle commença à escalader la grille

" Mais qu’est ce que tu fais encore ??! T’es complétement folle ma parole !
- Allez ça vaaa… J’ai trente berges, une petite jeunette va y arriver non ?!
- Mais t’es folle, on ne va pas entrer, on sait rien de ce qui se passe à l’intérieur de ce truc, et ton histoire me fout la frousse.
- Ba justement, faut vaincre ses peurs dans la vie pour pouvoir avancer, une raison de plus. Et puis tu vas pas rester toute seule ici… "

Après une petite réflexion silencieuse, Constance suivit le même chemin, et escalada à son tour la grille pour entrer dans la propriété. Toujours personne à l’horizon, Estelle frappa machinalement à la porte, puis à chacune des fenêtres de la façade, il n’y avait personne. 

" Bon, allez, on y va maintenant lui dit-elle

Mais Estelle n’était pas du même avis :

- Ba non, on va pas partir maintenant, je ne partirais pas sans avoir découvert des infos viables sur cette histoire de femmes retrouvées aux fesses rouges. Ça m’intrigue, et toi aussi sinon tu ne serais pas venue avec moi. Aller vient, on va faire le tour. "

Toutes deux firent le tour de la propriété, Estelle s’arrêta net à la vue du donjon, enfin particulièrement de cette fenêtre au premier étage laissée entre-ouverte. 

" Allez vient on va passer par là, c’est cours d’escalade aujourd’hui, on va voir si une minette de presque 10 ans de moins, est capable de suivre la cadence. 
- Tu es folle, je ne monte pas la haut moi, d’ailleurs je rentre pas chez les gens comme ça… Imagine le gars il est la !!
- Justement, on découvrira son secret
- Ba franchement, je ne suis pas certaine d’avoir envie d’en savoir plus moi
- Bon la mauviette, tu ne vas pas me faire faux bond comme ça. De toute façon, je suis sûre que tu ne resteras pas toute seule en bas, lui répondit Estelle en passant sa jambe à travers la fenêtre. "

Puis, elle se glissa par la fenêtre et sauta dans la pièce, toute heureuse, puis très rapidement ce retourna vers son amie qui commençait tout juste à gravir le mur :

"OOOOOOH Putain, rejoins-moi, tu ne vas en croire tes yeux "

Estelle quitta la fenêtre pour découvrir de plus près sa trouvaille. Quant à elle Constance continuait d’escalader ce mur pour la rejoindre. Elle avait beau essayer de questionner son amie pour en savoir plus, mais toutes ses interrogations étaient laissées sans réponse. 

Enfin arrivée au niveau de la fenêtre, Constance était devenue rouge écarlate à la vue de la pièce… Cela lui rappelait des récits qu’elle avait lu.

Estelle était amusée et intriguée, elle touchait à tout ce qu’elle voyait. Elle testait tout, comme une petite fille qui venait de recevoir de nouveaux jouets. Puis elle remarqua le trouble de Constance…

"Nan mais c’est ouf ! Tu crois qu’il fait ce que je crois avec tout ça ?! "

Soudain, elle s’arrêta net.

" Qu’est-ce qui t’arrive ? Je vois bien que tu n’es pas comme d’habitude depuis tout à l’heure
- Bah euh…
- Tu sais que tu peux tout me dire, on est amies depuis longtemps… Qu’est-ce qu’il y a ? TU n’as pas l’air effrayée, dit moi ce qu’il se passe
- Et bien…. Tout cela ne m’est pas inconnu
- Hein ? Qu’est-ce que tu essayes de me dire
- Et bien tous ces trucs là… Je connais bien…
- Sérieux ???!!!!! Bah raconte ! "

Elle finit par lui raconter qu’elle était attirée depuis toujours par les punitions et notamment la fessée. Qu’à un moment donné ça l’avait tellement travaillée qu’elle s’était mis en tête d’essayer elle aussi. Elle avait cherché sur internet, et trouvé. Et que depuis ce jour elle ne pouvait plus sans passer

Il y eu un grand blanc…

" Mais t’es tarée ma pauvre fille ! Tu es en train de me dire que tu es allée rencontrer un inconnu pour qu’il te baisse ton froc ?!
- Non mais c’était plus vraiment un inconnu au moment où ça se passe ! Puis, tu m’as l’air bien au courant toi... Comment tu sais que c’est mieux quand c’est déculotté ?! 
- Oh ça va, arrête ! j’en sais rien moi je disais ça comme ça… Mais oui ça m’intrigue dis m’ en plus ? Ça se passe comment tes punitions ? Pour quelles raisons ?
- On ne va pas rentrer dans les détails, je t’ai raconté le coté de ma vie que personne ne connait parce que je te fais confiance mais on est pas là pour ça…
- Oh quelle rabat-joie ! Non mais quand même j’hallucine tu as dit « des » en plus, c’est qu’il y en avait plusieurs…
- Bah… oui ! Et alors ? Ne me la fait pas à l’envers hein… Si tu es venue jusqu’ici et que tu me poses toutes ses questions, c’est que toi aussi tu étais attirée par ses histoires de fesses rouges, alors poupougne ! "

Constance avait repris du poil de la bête… C’était au tour d’Estelle d’être gênée… 
Voyant le trouble de son amie elle décida de continuer pour la tester un peu…
" Au moins, moi, j’assume mes envies ! Je ne les refoule pas ! "

Estelle qui avait été touchée à vif par ses propos répondit très énervée

" Et bien t’as qu’à aller montrer ton cul à toute la planète si ça t’amuse, moi je ne suis pas une salope ! "

Oups ! Aussitôt la phrase prononcée elle regretta déjà ses propos, elle était allée trop loin elle l’aimait beaucoup et ne voulait pas la blesser, surtout qu’elle ne pensait pas ce qu’elle venait de dire.


LittleMinx et Magnolia



Commentaires

  1. Et dire que la pauvre Constance a réservé le seul train qui part à l'heure et qui n'est pas annulé... c'est vraiment pas de bol! (sourire)
    Vite la suite !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Après on repassera sur le fait que Sartrouville c'est sur la ligne A ( mais chutttttttttt )

      Supprimer
    2. Encore quelques jours à attendre et tu l'auras ;)

      Supprimer
  2. Ah ouais carrément ! Violation d'une propriété privée ! Vous faites dans le grand banditisme vous deux :p

    Mais elles sont super courageuses Constance et Estelle quand même ! Rien que pour ça elles ne devraient pas être punies :-D

    Elle est canon votre histoire ! (enfin la première partie, car pour le reste j'attends de voir)

    PS: On remarquera au passage que ce sont toujours les mêmes qui ne font pas comme les autres <3 <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    2. Bah oui, le courage paie toujours...

      Cependant, je ne sais pas si ces deux là sont aussi embobineuses que toi <3 et qu'elles parviennent à se sortir d'un telle affaire sans se retrouver les fesses écarlates...

      Nous verrons bien si la seconde partie est aussi canon ;) ; un peu plus je dirais.

      PS: Je ne voit vraiment pas de quoi tu parles... Le bébé tyran était content, alors ça montre bien que les règles ont été respectées à la perfection :)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Derrière le masque... par Misscil

Carte blanche n°1 : Aurea

Simon par Lunapower