Carte blanche n°1 : Aurea


 Je vous présente la première carte blanche, écrite par Aurea. Je lui avais donné deux images inspirations. Elle a décidé, en plus de son récit, de reproduire une des images que je lui avais envoyé, à sa façon. 
Beau travail, merci petit chou. (hug)


Comme tous les matins à son réveil elle se connecte à Skype espérant y découvrir une petite note laissé par son délicieux D. Son cœur trésaille chaque fois qu'elle aperçoit la petite notification qui l'avertie d'un message. Elle aime quand il pense à elle...
Ce matin il lui a écrit "Bébé, je désire te suivre de prêt.. Envoi moi ton planning professionnel.."
Ce mot l'a faite sourire. Elle est jeune mais pas naïve! Ces quelques lignes transpirent l'inspection surprise et cette idée l'a trouble terriblement... Elle coopère sans pauser plus de question désireuse de le laisser la surprendre. Les jours suivant elle mettra beaucoup d'énergie à l'attendre et l'espérer mais personne ne vient. Ni les premiers jours, ni les suivants. Une belle surprise arrive toujours quand on ne l'attend pas ou plus.

Alors, un beau jour de Mai quelqu'un frappe enfin à sa porte:
"- Bonjour bébé!".
Elle se jette à son cou heureuse, pressée de s'imprégner de son parfum et de se blottir dans ses bras. Dans un premier temps il la laisse faire attendri par son besoin de câlins si pressant mais la repousse quand la douceur et la beauté de cette petite chose le fait succomber à des pulsions animales.
Il empoigne alors la tignasse rouge de la demoiselle et pose goulûment ses lèvres sur les siennes.. Mademoiselle n'est pas insensible à ces approches brutales et passionnées. Tout son corps s'électrise sous la tension du moment qu'il lui offre.
Sans relâcher la pression qu'il exerce dans ses cheveux sa main restée libre se glisse le long de son dos jusque sur ses fesses sur lesquelles il donne une petite tape en la félicitant pour sa tenue printanière: une petite salopette en jean par dessus une chemise blanche à motif et une paire de Converse au pied. Une tenue décontractée un peu femme/enfant qu'elle adore.

Il lui prends la main, la tire à l'intérieur jusqu'au bureau du salon sur lequel il l'aide à s'asseoir et lui donne l'ordre de l'attendre sagement le temps que Monsieur fasse le tour du propriétaire puisque que c'est la première fois qu'il passe chez elle.
Il revient en lui apportant Nounours la peluche qui ne la quitte plus depuis qu'on la lui a offerte. Elle prends dans ses bras le doudou qu'elle serre aussi fort qu'elle est troublée. Il aime ses joues rougies de honte et d’excitation, il aime la faire frissonner de plaisir, il aime l'aimer, il s'apprête à le faire.

Il dégrafe le haut de la salopette lentement et l'invite d'un geste à se soulever légèrement pour ôter la pièce en jean qu'il laisse glisser au sol. 
Ses mains chaudes remontent des chevilles jusque sur ses cuisses qu'il lui ordonne d'écarter. Il caresse chaque centimètre de sa peau prenant soin d'éviter son intimité qu'il sait déjà très humide.
De la même façon que pour la salopette il ôte sa culotte, une petite culotte à rayures style marinière qu'il pose à côté d'elle.
Ses mains passent ensuite sous sa chemise blanche pour y dégrafer le soutiens gorge qui emprisonne sa poitrine et la masse. Il fini de la déshabiller rapidement et se recul légèrement pour l'admirer totalement nue dans ses baskets, bras dessus, bras dessous avec son ours, souriant par timidité.
Il reprend ses délicieuses caresses... Elle est une poupée manipulée d'une main de maître par cet habile marionnettiste. Il joue, murmure, suggère et elle y répond par ses petits gémissements. Quand enfin sa main vient fouiller son intimité elle en tremble et lui avoue son désir brûlant d'être possédée.

Il attendait ce moment de plaisir intense pour la déstabiliser. Le regard devenu sévère il l'attrape par le poignet pour la faire descendre du bureau, l'a retourne et la plaque fermement contre la table. Elle ne jouira pas maintenant et pas aussi facilement. Il a quelques comptes à régler avec elle avant.
Une main posé fermement sur son dos la maintient dans cette position plusieurs secondes puis la pression se relâche. Il s'éloigne pour récupérer quelques affaires et revient en disant:



"Ne bouge plus bébé... c'est un ordre... et un conseil que je te donne. Tu ne voudrais pas te brûler tout de même?"
Il vient de lui pauser trois petites bougies allumées le long de la colonne vertébrale.
"Tu te souviens de l'autre fois bébé? Moi je m'en souviens bien.. Je te baisais bébé... Je t'avais interdit de jouir sans mon consentement mais tu m'as désobéis et tu me l'a avoué après.. C'est pas bien vilaine fille! Qu'est ce que je t'ai déjà dit à ce propos ?"
Il ponctuait son sermon de claques appuyées sur ses fesses offertes par son indécente position.
"- Que je serai punie sévèrement chaque fois que ça m'arriverait
- Bien alors je vais te punir sévèrement pour ta désobéissance bébé..."  
- S'il vous plait, c'est pas juste..." A-t-elle bafouillé. 
Il s'est emparé de la petite culotte restée volontairement sur le bureau pour l'en bâillonner en ajoutant en souriant...:
"- Tais toi! et... tiens toi tranquille bébé. N'oublis pas les bougies sur ton dos..."  

... avant de retirer la ceinture de son pantalon.

Aurea


Commentaires

  1. Encore un rustre qui aime jouer à la poupée !!!!!
    jouir ou ne pas jouir, telle est la question....

    RépondreSupprimer
  2. Merci Aurea pour ton récit ;)

    Mais t'aurais quand même pu continuer un peu, on est obligé d'imaginer la suite tout seul...

    RépondreSupprimer
  3. Elle est chouette cette histoire et ton nounours, il me plaît. Je suis jalouse !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Derrière le masque... par Misscil

Simon par Lunapower